Depuis quelques années, on assiste à une vague de dépénalisation voire de législation du cannabis à travers le monde qui se consomme aussi bien nature, en capsules ou encore sous forme d’e-liquide. Et si de nombreux pays lâchent du lest, la France continue de tenir la bride haute. La production, la possession, l’acquisition ou encore la vente de cannabis restent strictement interdites. Par contre, la situation est moins stricte en ce qui concerne le cannabidiol. À une époque où le marché du cannabis représente un véritable filon au niveau mondial, la France aura-t-elle sa part du gâteau ? Le pays va-t-il exporter cet or vert ?

Cannabis récréatif, cannabis médical en capsules ou autres formes : ce qui se passe à travers le monde

De plus en plus de pays libéralisent le cannabis. La situation évolue positivement en Amérique du Nord. Du côté des États-Unis, déjà une douzaine d’États autorisent le cannabis récréatif. D’autres États ont procédé, pour leur part, à sa décriminalisation. Dans ce cas, le cannabis demeure dans l’illégalité dans l’absolu, mais il existe néanmoins un seuil de tolérance au niveau de la quantité possédée et des conditions de « consommation ». Puis, il y a le Canada où ce produit est autorisé depuis l’année 2018. Dans le reste du monde, seuls l’Uruguay et l’Afrique du Sud autorisent le cannabis récréatif.

Il convient de souligner que certains pays tolèrent la consommation ainsi que la commercialisation de ce cannabis récréatif, mais dans certaines limites « raisonnables ». C’est le cas aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique ou au Portugal.
Puis, il y a le cas du cannabis médical. L’usage à visée thérapeutique de cette plante, ou plus précisément celui d’une de ses composantes, est plus répandu. À souligner qu’il s’agit spécifiquement du CBD ou cannabidiol, qui peut se présenter sous diverses formes : capsules, gélules, e-liquide…

Cette molécule qui n’a pas d’effet psychoactif et ses nombreuses vertus pour la santé ont été constatées et font l’objet de multiples recherches et études. Le cannabis thérapeutique est autorisé dans de nombreux pays, dont l’Israël qui fait figure de pionnier, les Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne, la Corée du Sud, la Thaïlande ainsi que des États américains. En France, un comité d’expert cautionné par l’ANSM ou Agence nationale de sécurité du médicament a émis un avis favorable au mois de juillet 2019. Théoriquement, l’accès au cannabis médical devrait être testé dans l’Hexagone en 2021…

Dans tous les cas, le marché du cannabis pèse lourd. L’estimation actuellement dépasse les 17 milliards de dollars au niveau mondial.

La culture du cannabis en France

En France, la culture du cannabis dans le but d’en consommer à titre personnel, que ce soit pour se divertir ou dans un cadre médical est strictement prohibée. Les contrevenants peuvent écoper une peine pouvant monter jusqu’à 7,5 millions d’euros assortie de 30 années d’emprisonnement.

Parallèlement, la culture du chanvre industriel est autorisée, mais dans le respect de règles rigoureuses. D’abord, la plante utilisée doit afficher une teneur en THC minimale : celle-ci ne doit pas excéder 0,2 %. En outre, la variété utilisée doit figurer sur une liste officielle et exhaustive mise à jour périodiquement, en fonction de l’évolution de la situation. Enfin, il est uniquement possible d’utiliser les fibres ainsi que les graines. Différentes catégories de produits finaux sont ainsi obtenues, dont des produits alimentaires et cosmétiques.

Au-delà de cette culture, il est intéressant de noter que les chènevis (c’est-à-dire les graines de cannabis) peuvent faire l’objet de transactions au sein de l’Union européenne. Ces graines sont accessibles aux particuliers et ces derniers peuvent les utiliser dans un dessein commercial ou industriel, à condition d’en avoir l’autorisation.

Qu’en est-il de l’export de cannabis par la France ?

Pour l’heure, il semble que l’export de cannabis ne soit pas d’actualité en France, en ce qui concerne sa version illégale (ce qui tombe sous le sens…) et sa version thérapeutique. Par contre, force est de constater que l’Hexagone est un grand producteur de chanvre industriel. Le pays se trouve même à la première place au niveau européen. Il faudrait attendre les évolutions de la législation, notamment par rapport au CBD pour constater des changements significatifs en matière d’exportation de cannabis…

Valéry

Pour se lancer dans les sites des rencontres, il faut du courage, car on ne peux pas dire que le secteur soit laissé à l'abandon...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.